CentraleSupélec

Des formations d’excellence de niveau international

Chaires - Réseaux de collaboration

CentraleSupélec compte aujourd’hui 17 chaires :

1 - Chaire RTE sur les apports des technologies numériques pour les systèmes électriques

 

RTE et CentraleSupélec ont signé un nouveau partenariat académique d’une durée de 5 ans.  L’objectif de cette « Chaire Transformation Digitale des Réseaux Electriques » : étudier les potentialités offertes par les technologies numériques pour la gestion du système électrique.
Depuis plusieurs années, RTE étudie les potentialités offertes par les technologies numériques dans la gestion du système électrique. Fort de ses étroites relations de nature scientifique et pédagogique avec CentraleSupélec, RTE a souhaité renforcer cette collaboration et inscrire ce nouveau partenariat sur le long terme afin d’accélérer ses processus d’innovation et de bénéficier de l’expertise scientifique d’équipes de recherche de premier plan avec lesquelles interagir dans le domaine des sciences de l’ingénieur.

C’est dans ce contexte qu’une chaire de recherche d’une durée de cinq ans a été signée. Le  développement  des  technologies  numériques  représente  un  formidable  levier  qui  transforme  la gestion, le développement et l’exploitation du système électrique. L’intégration de ces technologies dans le réseau de transport d’électricité permettra à RTE de tirer le meilleur parti des infrastructures existantes et de proposer de nouvelles façons d’accomplir ses missions dans le cadre de la transition énergétique.

La  conception  du  réseau  de  communication  qui  sera  déployé  pour  observer  et  contrôler  le  réseau  de transport d’électricité demandera de relever des défis pluridisciplinaires, propres aux réseaux d’énergie. Cette chaire impliquera ainsi plusieurs laboratoires et équipes de CentraleSupélec reconnus en France et à l’international autour de quatre disciplines-clés : Communications, Informatique, Contrôle et Décision, et Génie Électrique.

Au travers de ses cursus et de ses laboratoires, CentraleSupélec a été un des acteurs de tout premier plan pour développer cette vision devenue essentielle aujourd’hui : la convergence des domaines de l’Energie et des Communications. Grâce à une politique de soutien active, RTE crée un environnement solide de partenaires et d’experts dont les  compétences  complémentaires  permettent  de  développer  les  nouveaux  concepts  et  solutions  d’un réseau combinant électricité et digital.

 

 

2 - Chaire 5G - TCL

Alors que les usages et la quantité de données mobiles croissent à une vitesse sans précédent (multiplié par 18 en 5 ans), les réseaux doivent évoluer rapidement et radicalement pour satisfaire la demande. La norme de 5ème Génération "5G", dont une première version est en cours de définition, devra répondre à des objectifs très ambitieux tels que le débit (jusqu'à 20Gb/s), une latence faible, une énergie de consommation réduite ou encore un très grand nombre d'objets connectés par antenne. Ces objectifs sont en partie contradictoires et c'est de cette contradiction que naissent des opportunités d'appliquer des solutions scientifiques nouvelles, développées par la Chaire 5G et impliquant les chercheurs des laboratoires de CentraleSupélec et de TCL Communication.


 La Chaire de recherche a pour vocation de regrouper des acteurs des communications mobiles pour créer ensemble une avancée significative dans la 5G.

Le titulaire de la chaire est Mohamad Assaad du laboratoire des signaux et systèmes (L2S).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 - Chaire Photonique

Consciente que l'exploitation de la lumière est à la fois un enjeu sociétal et un vecteur de développement économique, CentraleSupélec a favorisé la création sur son campus de Metz de la Chaire Photonique. Cette chaire est unique en France par son projet structurant qui vise à la fois à développer l'excellence scientifique dans le traitement optique de l'information, à développer l'innovation et le transfert technologique vers les entreprises, et à développer la formation et l'éducation sur l'importance de la lumière et des technologies optiques. La Chaire Photonique est créée à l'initiative de CentraleSupélec et des partenaires suivants :

La photonique, qui regroupe les sciences et les techniques qui exploitent la lumière et les technologies optiques, est une des cinq technologies clés de l'Europe et traduit une réalité économique de plus de 50 000 emplois directs au sein de près de 750 entreprises en France. Comprendre et développer la photonique c'est aussi percevoir l'importance que les artistes, écrivains et philosophes ont accordé à la lumière, et mieux appréhender la place centrale qu'elle occupe à la frontière de plusieurs disciplines scientifiques comme les mathématiques, la physique, la biologie ou la chimie. La photonique est largement présente également parmi les défis technologiques clés qui s'annoncent pour notre société dans les dix prochaines années.

4 - Chaire Cybersécurité sur l'Analyse de la Menace avec le Conseil Régional de Bretagne et Direction générale de l'armement - Maîtrise de I'information.

f  

Titulaire : Fabrizio Biondi

  • La cybersécurité a été érigée en priorité nationale, notamment par la loi de programmation militaire 2014-2019. Sur ses 3 dimensions indissociables (formation, recherche, développement industriel), le Pôle d’excellence cyber (à vocation nationale et à ambition de rayonnement international), créé en 2014 par le ministère de la Défense avec le soutien de la Région Bretagne (pacte d’avenir), en constitue une déclinaison opérationnelle au titre du pacte Défense cyber.
  • Cette chaire s’inscrit dans ce contexte, dans le cadre d’un partenariat entre CentraleSupélec, le Conseil régional de Bretagne, DGA Maîtrise de l’information et Inria. Elle est l’une des composantes du Laboratoire de haute sécurité (LHS), hébergé par le centre Inria Rennes Bretagne Atlantique, et porte l’un des thèmes de recherche du laboratoire. Elle s’adosse sur le contrat de plan État-Région (CPER) CyberSSI qui a pour objectif de déployer des plateformes de recherche, d’expérimentation, d’entraînement et de tests des usages. Deux objectifs sont visés : le premier est de développer un thème de recherche jugé important par les acteurs du Pôle d’excellence cyber mais aujourd’hui peu couvert par des équipes de recherche. Le second est de participer aux actions de transfert technologique du LHS, en établissant des contacts avec le tissu industriel local et national.
  • Les usages grand public et professionnels de l’Internet (e-commerce, e-administration, e-éducation, média numériques, réseaux sociaux, etc.) font déjà que notre société est de plus en plus connectée et dépendante des systèmes d'information et de communication. Avec le développement de l’internet des objets et toutes ses applications (domotique, véhicule connecté, e-santé, etc.), de nombreux composants, comme les capteurs ou les automates industriels, se trouvent désormais directement ou indirectement connectés. Avec cette extension du cyberespace, la cybersécurité apparait au coeur de problématiques de plus en plus variées.
  • La plupart des logiciels étant développés avec des contraintes de sécurité faibles, on peut supposer qu'ils contiennent des vulnérabilités. La question pour l'utilisateur final n'est donc pas de s'assurer, avec une preuve, qu'il utilise des logiciels sûrs, mais d'évaluer la difficulté à trouver, et exploiter, des vulnérabilités dans ces logiciels. Pour une évaluation pertinente il faut connaître les méthodes des attaquants.
  • D'une manière analogue à ce qui s'est développé dans le domaine de la cryptographie avec la cryptanalyse, ou dans celui de la sécurité matérielle avec l'étude des vulnérabilités des composants, la sécurité informatique a tout à gagner d'une meilleure recherche, et donc d'une meilleure connaissance, des vulnérabilités affectant les logiciels (firmware, OS, middleware, applications) et de leur exploitation.
  • Conférence inaugurale avec son titulaire, Fabrizio Biondi
  •  

5 - Chaire Supply Chain Management avec Carrefour, LVMH, SAFRAN, SANOFI

 

  • Labo : LGI
  • Titulaire : Yves DALLERY

Trois axes de recherche ont été identifiés par les partenaires de la chaire Supply Chain. Ils s’inscrivent dans le prolongement des travaux qui ont été menés depuis la création de la chaire en 2008.
 

  • Gestion de la flexibilité
    Le monde industriel actuel est caractérisé par un niveau d’incertitude croissant avec des attentes clients de plus en plus personnalisées et le changement de plus en plus rapide des marchés.
    Pour faire face à ces incertitudes, il faut d’une part réduire leurs amplitudes, à l’aide de méthodes et des processus de prévisions performants, et d’autre part mettre en place de la flexibilité afin de faire face aux incertitudes résiduelles.
     
  • Impact environnemental de la Supply Chain et développement durable
    Le développement durable est devenu une préoccupation majeure des pouvoirs publics et des consommateurs.
    Toute entreprise se doit d’y porter une attention particulière non seulement pour des raisons réglementaires mais aussi pour son propre développement.
     
  • Mesure et animation de la performance
    Ce thème s’intéresse aux systèmes de mesures et d’animation de la performance de la Supply Chain d’entreprises industrielles ou de distribution.

    Il recouvre deux sous thèmes interdépendants :

    • La problématique de la mesure de la performance : spécification du système d’indicateurs de performances permettant d’évaluer de manière efficace et globale les différentes activités et processus de la Supply Chain,
    • La problématique de l’animation de la performance : spécification des processus d’animation de performance, les acteurs impliqués et leurs rôles respectifs,  permettant à partir du systèmes d’indicateurs mis en place de piloter les activités et les processus de la Supply Chain pour connaître leur niveau de performance et identifier les leviers d’amélioration de ces performances et les enjeux associés.

6 - Chaire Finance quantitative avec BNP Paribas 

 

  • Labo : MICS
  • Titulaire : Frédéric ABERGEL

Le projet scientifique de la chaire BNP PARIBAS Finance Quantitative se caractérise par une volonté d’aborder systématiquement la question de la modélisation des marchés financiers à partir des données.

L’intérêt se porte vers la microstructure des marchés, la définition de modèles à haute fréquence, les stratégies des agents financiers et l’étude fine de leurs comportements, les produits dérivés et leur gestion.

Les approches, variées, reposent sur les outils statistiques, la vision éconophysique des agents en interaction, la modélisation aléatoire, les équations aux dérivées partielles.

La Chaire BNP PARIBAS de Finance Quantitative a déjà produit des résultats significatifs :

  • Le financement apporté par BNPPARIBAS depuis 2007 a permis la mise en place d'une équipe ayant compté entre 6  et 14 chercheurs depuis sa création.
  • La Chaire a été labellisée en 2015 par le Labex Louis Bachelier, ce qui lui a permis d’obtenir des financements complémentaires significatifs.
  • La Chaire a su faire rayonner sa production scientifique, se construisant ainsi une notoriété très significative dans la communauté scientifique et bancaire :
    •  près de 45 articles dans des revues avec comité de lecture,
    •  une centaine de communications à des conférences et séminaires invités,
    •  l’organisation de plus de dix conférences internationales dont plusieurs avec publication d’actes,
    •  la création d’une revue scientifique dédiée à la microstructure de marchés.

Les principaux domaines traités par la Chaire à ce jour sont les suivants :

  • Modélisation à partir des données des marchés électroniques,
  • Méthodes d'apprentissage statistique pour la prédiction et la modélisation du comportement d’actifs de marché,
  • Modélisation, optimisation, simulation et validation de stratégies de trading optimales.

 

7 - Chaire Sciences des systèmes et Défi Energétique avec Fondation d’entreprise EDF

 

 

  • Labo : LGI
  • Titulaire : Enrico ZIO

EDF, leader européen de l’énergie de demain, procure des biens et des services essentiels en France et dans de nombreux pays. A cet égard, l'entreprise est située au cœur  même des défis énergétiques et environnementaux majeurs auxquels le monde devra faire face au cours des prochaines décennies.

Les objectifs de la Chaire sont déclinés par domaine d’activité :

  • Sûreté et résilience de systèmes complexes pour la production, le transport et la distribution de l’énergie
  • Sûreté de fonctionnement, maintenabilité et optimisation de composants et systèmes pour la  production, le transport et la distribution de l’énergie

Les activités de la chaire dans ces domaines sont orientées vers le développement, la mise en œuvre et l’utilisation de modèles, méthodes et algorithmes numériques, notamment des :

  • Modélisation de modes de défaillance et de dégradation
  • Simulation
  • Prévision
  • Optimisation
  • Analyse du risque, de la vulnérabilité, de la résilience

     

8 - Chaire Centre d’Excellence « Biotechnologies blanches » (CEBB) en Ville de Reims, département de la Marne et région Grand Est.
 

 

 

  • Labo : LGPM
  • Titulaire: Patrick PERRE

 

9 - Chaire de Recherche Oxy-Combustion avec Air Liquide Oxy-combustion et CNRS.

 

 

 

  • Labo : EM2C
  • Titulaire : Thierry SCHULLER
  • Partenaires :
  • Institution : ANR 

 

Les partenaires de la chaire Air Liquide Oxy-Combustion développent des activités de recherche dans le domaine de l’optimisation de la combustion et dans celui des transferts thermiques.

Le programme de recherche vise à améliorer la connaissance de l’oxy-combustion à haute pression de combustibles de nature différente dont les gaz sont dilués par du dioxyde de carbone ou de la vapeur d’eau, autour d’une plateforme expérimentale avec des accès optiques importants.

Il réunit des chercheurs spécialistes de l’expérimentation en oxy-combustion et des diagnostics, des transferts thermiques notamment par rayonnement et de la simulation des interactions entre la combustion, la turbulence et les transferts de chaleur.

10 - Chaire Armand Peugeot : Technologies Hybrides et économie de l'électromobilité avec PSA et ESSEC

 

  • Chaire de Recherche
  • Sujet : Technologies hybrides et économie de l'électromobilité 
  • Labos : LGI, GEEPS
  • Titulaires : Danièle ATTIAS, Marc PETIT, Jan LEPOUTRE

Les hypothèses d’évolution de la mobilité sur les vingt prochaines années et la place des véhicules hybrides dans le marché sont souvent contradictoires.

Au-delà de toutes les incertitudes, l’affirmation la plus acceptée est que le développement de l’électromobilité va entraîner un bouleversement complet de l’offre et de la demande.

C’est pourquoi, l’objectif de la Chaire est de créer un espace d’échanges, de formations et de recherches prospectives pour construire des scénarios d’évolutions technologiques, économiques et marketing,

  • Parce que l’automobile est un secteur en pleine réinvention,
  • Parce que  les innovations se font en réseau et en partenariat,
  • Parce que  les jeunes d’aujourd’hui seront les clients de demain…

 La chaire Armand Peugeot produit de la recherche prospective, en croisant des compétences d’ingénieurs, d’économistes et de gestionnaires, dans un partenariat entreprise-écoles.

Le partenariat entre PSA, CentraleSupélec et l’ESSEC permet de couvrir les champs pluridisciplinaires variés et complémentaires, nécessaires pour aborder la complexité des questions posées par le futur de l'industrie automobile dans un contexte de développement de l'électromobilité. 

Sa structure permet ainsi de convoquer autour d'un projet les sciences de l'ingénieur, les sciences économiques, les sciences de gestion et les sciences sociales.

11 - Chaire Blériot Fabre : Robustesse, Contrôle et modélisation de systèmes embarqués aéronautiques, systèmes complexes avec SAFRAN. 

 


 

  • Labo : LGI
  • Titulaire : Antoine RAUZY

     

La chaire SAFRAN « Blériot-Fabre » répond à la volonté des partenaires de renforcer leur expertise en Sciences des Systèmes et apporter des innovations de rupture en matière de conception, simulation, architecture et développement de systèmes complexes, notamment dans le domaine des systèmes embarqués.

En effet, les systèmes développés par SAFRAN (systèmes de navigation, de contrôle moteur, de management de l’énergie, de sécurité des flux de passagers…) sont de plus en plus complexes, avec un nombre croissant de fonctions à intégrer, d’exigences à respecter et de performances à atteindre.

Le contexte de la Chaire de est celui de l’innovation intégrative pluridisciplinaire couplant :

  • les modélisations fonctionnelle et dysfonctionnelle des architectures, et celles des sous-systèmes physiques (multi-métier, multi-physique, multi-échelle) en relation avec l’architecture du système,
  • la simulation avancée (haute performance, temps réel)
  • l’automatique et le contrôle,
  • les approches statistiques et fiabilistes pour la robustesse et le monitoring des systèmes.

Les travaux de la Chaire visent à perfectionner les concepts, méthodes et outils d’intégration des différentes disciplines de l'ingénierie (mécanique, automatique, informatique...) pour aboutir à la validation et la vérification des propriétés des systèmes, donc à la satisfaction des besoins de leurs utilisateurs.

12 - Chaire Excellence opérationnelle avec BNP Paribas. 

 

  • Labo : LGI
  • Titulaire : Angela MINZONI
     

Les partenaires de la chaire BNP Excellence Opérationnelle développent des activités de recherche dans le champ scientifique de l’efficacité des opérations, notamment administratives, de la qualité des processus et du management, et de l’engagement des collaborateurs dans une démarche de performance globale.

L’objectif de la chaire est de définir les moyens de conception et de mise en œuvre conduisant à la réussite des démarches d’efficacité opérationnelle sur les trois axes combinés suivants :

  • Elaboration du système : type(s) de démarche et de compétences d’efficacité opérationnelle. Place occupée par l’efficacité opérationnelle dans la conception, la durabilité, la robustesse et l’adaptabilité du système industriel « services ».
  • Mise en œuvre : système(s) d’organisation (et de management) et pratiques. Définition du système d’organisation. Elaboration du référentiel de mesures pour qualifier la maturité du système industriel « services » dans son ensemble.
  • Contexte : objectif(s) et modalités d’évolution culturelle et comportementale associées (pérennité dans le temps). Etude du rôle de la « culture » d’entreprise, étude du périmètre pour la dimension « comportementale ».

 

13 - Chaire Risques Achats dans les Projets Complexes avec TOTAL

 

  • Labo : LGI
  • Titulaires : Franck MARLE
     

L’entreprise TOTAL a souhaité renforcer ses engagements dans le champ scientifique des Achats de Projets Industriels, et s’associer à la création de la Chaire de Recherche CENTRALESUPELEC « Risques Achats de Projets Industriels Complexes ».

Un projet industriel complexe, depuis l’exploration jusqu’à la production, nécessite de mettre en œuvre  une chaîne logistique efficace pour les achats (contrats pour les biens, les services, les études, les données…). Les exigences, les consultations, la prise de décision, le contrôle (compétences, processus, performance technique, finance, qualité…) doivent être coordonnés avec les processus d’ingénierie (design, réalisation, tests,…)

De plus, les approvisionnements sont rarement en phase avec les besoins de l’entreprise (techniques, financiers, contraintes de délais…).

En quoi la recherche et la formation au processus de contrôle des exigences dans un environnement projets complexe peuvent-elles aider à atteindre une compétitivité durable ?

Les axes de recherche de la Chaire sont notamment :

  • Mesurer les rapports coûts/qualité/délai et la création de valeur associée aux projets
  • Mesurer la performance de la Supply Chain Projet
  • Développer des outils d’aide à la décision sur les options de la stratégie Achats
  • Analyser et mesurer les risques projets et leur gestion
  • Modéliser les comportements des projets antérieurs pour mieux anticiper
     

14 - Chaire Manufacturing & Logistic Management  FAURECIA avec Faurecia et TUM
 

 

  • Labo : LGI
  • Titulaire : Evren SAHIN
     

Le domaine "Manufacturing & Logistics Management" comprend notamment l’optimisation des performances des systèmes de production et de distribution de biens et services. Il recouvre plusieurs problématiques, depuis la conception de tels systèmes, jusqu’à leur contrôle et leur gestion et la planification.

Les travaux de recherche de la Chaire sont focalisés sur la gestion de la diversité. Cela inclut l’étude des impacts économiques et organisationnels de la diversité et de la variété (des produits, des processus, etc…) à travers la Supply Chain, depuis le départ des composants de chez les fournisseurs de FAURECIA, jusqu’à la production et la distribution des produits finis.

Les thèmes de recherche de la Chaire sont notamment :

  • Mesure de la diversité
  • Estimation de l’impact de la diversité sur la Supply Chain FAURECIA
  • Minimisation de l’impact sur les coûts de production, tout en offrant au consommateur final suffisamment de diversité (stratégies de compromis).
     

15 - Chaire Mécatronique avec FAURECIA et Esigelec

 

 

  • Labo : GEEPS
  • Titulaire : Laurent DANIEL
     

La conception de systèmes embarqués, tels que ceux développés par FAURECIA pour l’automobile, fait appel à des méthodes spécifiques, prenant en compte des aspects multi-physiques, multi-technologiques, et multi-échelles.

La chaire FAURECIA « Mécatronique » a pour objet de définir des méthodes et de les valider sur des cas d’usage tels que la problématique de la compatibilité électromagnétique et thermique, la conception et la modélisation d’actionneurs intelligents et l’optimisation de leurs interfaces, ou encore l’effectivité concernant la consommation et la réutilisation de la puissance électrique pour les sièges automobiles, le contrôles des émissions, les postes de conduite, les extérieurs d’automobile et les véhicules intelligents.

Il convient de pouvoir construire des développements méthodologiques qui prennent en compte la complexité de ces systèmes, tout en assurant leur robustesse opérationnelle vis-à-vis des sources d’incertitudes ou de connaissances partielles de leur mode opératoire final, et ce dès la phase de conception.

Systèmes électroniques embarqués pour l’automobile, design de sièges intelligents, optimisation de systèmes d’émissions.

Les axes de recherche de la Chaire sont les suivants :

  • Développement de techniques de conception prenant en compte cette complexité,
  • Optimisation du comportement du système (rendue possible par des simulations intensives)
  • Prise en compte des problématiques de sécurité et de sûreté de fonctionnement, dès la phase de conception
     

16 - Chaire Ingénierie des Systèmes complexes, innovation et Usine Numérique avec DASSAULT AVIATION


 

  • Labo : LGI / Département des Sciences de l’Entreprise
  • Titulaire : Pascal MORENTON
     

CentraleSupélec et son Département des Sciences de l’Entreprise ont développé des activités de d’enseignement dans le domaine de l'Ingénierie des Systèmes Complexes. Ces activités se traduisent notamment par des enseignements en cycle ingénieur, en master recherche, et en école doctorale.
 

Dassault Aviation a souhaité soutenir la conception et la réalisation des enseignements dans ce domaine, apportant ainsi son expertise au service de la formation et de l’orientation des étudiants.
 

La Chaire traite de l’ingénierie de systèmes complexes, de l'Innovation et de l'Usine Numérique. Les thématiques sont traitées en faisant référence et en se plaçant dans le contexte des phases du cycle de vie du produit ou du système, à savoir spécification, conception, industrialisation, dans une démarche d’ingénierie intégrée.

17 - Chaire ANTHROPOLIS avec IRT System X, Alstom Engie, RATP, RENAULT, SNCF 

 

 

  • Sujet : Conception de Systèmes Urbains Orientée Usages
  • Labo : LGI
  • Titulaires : Jakob PUCHINGER

 

Les travaux de la Chaire portent sur des éco-innovations pour l’aménagement urbain et périurbain durable au service du citoyen et des collectivités, avec la prise en compte des interactions entre systèmes, et visent à placer l’humain au centre de la conception des systèmes et services de la ville et de son agglomération (conception centrée sur l’humain et les usages).
 

La Chaire s’intéresse plus particulièrement au cas d’application des interactions entre systèmes de mobilité (des individus et des marchandises) et les autres systèmes (système commercial, systèmes énergétiques, systèmes d’information, système d’urbanisation et de construction, etc.), en partant des objectifs propres de chaque usager et des collectivités publiques.

Ces systèmes et leurs interactions tiennent compte des nombreuses évolutions comme celles des nouvelles technologies de mobilité émergentes (voitures électriques, bus électriques et au gaz…), des nouvelles énergies pour la ville, la bourgade (PV organique, solaire thermique, biogaz..), des Smart Grids et des technologies de stockage d'énergies, de l’évolution des usages du bâtiment (d’habitation, de la gare, des parkings, des véhicules particuliers, …), et plus largement tout ce qui participe à l’évolution de la sociologie du citoyen (y compris les seniors) et les éco-innovations.

En effet, l’innovation naît de plus en plus d’initiatives individuelles ou de groupes spontanés. Ainsi doit-elle être cultivée avec une meilleure compréhension de l’évolution actuelle de la société de plus en plus numérique, fonctionnant en réseaux et où l’interactivité socio-technique est devenue une nécessité. Il convient de passer continûment des besoins individuels de chacun (de l’usager) aux systèmes de systèmes pour les satisfaire en intégrant les concepts (systèmes, services, usages, etc.), avec la gestion des différents flux urbains en interaction.

Il s’agira d’identifier les méthodes et les outils fondamentaux permettant de prendre en compte les besoins du citoyen-usager, de la ville et de la collectivité, dans les processus de conception des systèmes et services. L’expérimentation constitue une composante significative de ses travaux de recherche de la Chaire.