CentraleSupélec

CentraleSupélec a pour ambition de devenir une institution de formation de référence internationale. Pour y parvenir : son excellence dans le domaine des sciences fondamentales et appliquées telles que les mathématiques, physique, sciences de l’information et technologies de l’ingénieur, énergétique, procédés, mécanique et génie industriel.

Formations

Nos élèves se distinguent au dernier Dassault UAV Challenge

Formations Publié le 19/06/2018

Une équipe de six élèves-ingénieurs de l'Ecole (Mayeul Cachia, Zi-Yi Ewe, Paul Faugeras, Arthur Playe, Maxime Schadkowski, Marine Sobas) s'est classé seconde de l'édition 2017-2018 du Dassault UAV Challenge, organisé par Dassault Aviation.

Ce challenge consiste en la fabrication d'un drone de type hexacoptère (six moteurs), et en la conception de systèmes et algorithmes de vol autonome, dans le but de réaliser certaines missions.

Le drone est équipé d'une caméra et d'un retour d'informations de télémétrie, en constante communication avec un ordinateur au sol. Ce dernier exécute des algorithmes de reconnaissance d'image dans le but de reconnaître des formes et leurs couleurs, afin d'ordonner au drone d'exécuter des actions en fonction de la forme trouvée. Ces actions vont de l'atterrissage sur la forme en question au largage d'un colis, ou à l'établissement d'une carte géographique en temps réel indiquant la position et l'orientation de la forme.

Les épreuves ont eu lieu les 16 et 17 juin à DronePort, en Belgique (Sint-Truiden). Sept écoles d'ingénieurs étaient présentes :

  • CentraleSupélec
  • Polytechnique
  • ENSAM
  • ENSTA ParisTech
  • ESTACA
  • ESTIA
  • ISAE-ENSMA

Deux jours de compétition durant lesquels chaque équipe a du effectuer 4 missions de plus en plus difficiles.

A noter que depuis cette année, il existe un nouveau club de drone de loisir sur le campus de CentraleSupélec, au nom de Helics qui regroupe des passionnés dont Paul Faugeras est le président. "Nous pratiquons principalement du drone en course et en freestyle avec des machines fabriquées par nos soins, et pouvant parfois atteindre les 150km/h !", explique Paul.

"Chacun de nous possède une (ou plusieures) machines, que nous contrôlons en FPV (First Person View), c'est-à-dire avec une paire de lunettes de réalité virtuelle, qui nous donne l'impressions d'être directement à l'intérieur du drone ! Aujourd'hui, le club possède un drone d'initiation accessible à tous les débutants, ainsi que quelques éléments pour monter un circuit de course ou juste d'initiation. Nous sommes en phase de recherche pour acquérir un drone plus conséquent pour de l'initiation à une machine plus puissante et permettant de faire plus d'acrobaties et de pointes de vitesses."

 

Nos élèves primés lors du Challenge AéroSaclay

Formations Publié le 15/06/2018

Les élèves de l'équipe ArrowDynamics du projet UAV Experience de CentraleSupélec ont gagné le 1er prix du Challenge Aerosaclay. Bravo ! Leur projet reposait sur l'idée suivante : "Optimisation du tour de piste afin de réduire les nuisances pour les riverains de l'aérodrome."

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photo : challenge Aérosaclay.

L’Université Paris-Saclay et l’Université McGill (Canada), partenaires pour la formation et la recherche

Formations Publié le 30/05/2018

Le 30 mai, l’Université Paris-Saclay a signé un accord-cadre de coopération avec l’Université McGill, la plus internationale des universités canadiennes.

Reconnue comme l’une des meilleures universités de recherche au Canada (32ème au QS World 2018, 2ème au Canada), l’Université McGill occupe le premier rang des universités canadiennes offrant des programmes de haut niveau en sciences naturelles, sciences humaines et sociales, ingénierie, médecine et arts. Son offre de formation en anglais et en français est réputée et lui permet de recruter parmi les étudiants les plus brillants.  Issus de 150 pays, les étudiants de McGill font de leur université la plus internationale des universités de recherche canadiennes.

L’Université McGill est l’une des 3 universités anglophones du Québec et la seule université canadienne membre du prestigieux cercle d’universités « GULF – Global Universities Leaders Forum », réseau d’influence pour l’enseignement supérieur et la recherche dans le monde.

Selon le professeur Philippe Oxhorn, vice-président International de l’Université McGill, « la transformation inédite du campus de l’Université Paris-Saclay offre un cadre extrêmement stimulant et dynamique et le haut degré d’innovation éducative sera particulièrement apprécié par nos chercheurs et étudiants ». La forte proportion d’étudiants dans 4 des 9 facultés de l’Université McGill (Sciences, Ingénierie, Médecine et Management) correspond bien aux domaines d’excellence d’UPSaclay. Des outils adaptés au soutien des mobilités académiques et de recherche devront être proposés afin de faciliter le développement d’activités conjointes avec l’ensemble des établissements membres d’UPSaclay (Bourses et programmes canadiens et québécois, Bourses d’Alembert et Bourses de mobilité internationale d’UPSaclay, etc).

Le développement de nouvelles coopérations puissantes et structurées avec les membres de l’Université Paris-Saclay

L'Université McGill a conclu des ententes de collaboration avec plusieurs membres de l'Université Paris-Saclay. En particulier, il existe une collaboration continue entre la Faculté d’ingénierie de l'Université McGill et le laboratoire de Génie Industriel (LGI) de CentraleSupélec sur le thème de l’innovation dans le domaine de la conception et de la production. C’est sur cette base que l’accord-cadre entre nos institutions est signé aujourd’hui. Au-delà de l’ingénierie, nos scientifiques développent avec McGill des projets remarquables en sciences de la vie, notamment en médecine (cellules sanguines artificielles, épigénétique, neurosciences) et en sciences de l’univers, en particulier en physique et astrophysique.

Des étudiants récompensés dans des projets de lutte contre le cancer

Formations Publié le 30/05/2018

Des étudiants de l'Ecole répartis sur trois équipes distinctes ont participé au Challenge 3 de la deuxième saison du programme de recherche Epidemium dont la thématique était intitulée : "Prédire dans le temps et dans l’espace la mortalité des cancers dans les pays en voie de développement (PED)" et pour lequel le suivi des équipes étudiantes a été effectué avec l'association Latitudes, fondée par des étudiants de l'Ecole, dans le cadre de son programme #TechForGood.

Ils ont pu travailler à partir de bases de données open data qu'Epidemium a mis à leur disposition portant sur l'épidémiologie, l'incidence et la mortalité des cancers et avec des outils de data analyse et de data visualisation des partenaires du programme tels que Dataiku.

Ils ont également pu bénéficier de l'aide d'experts de Roche pour l'état de l'art sur la maladie et de formations d'Interne en Santé Publique pour comprendre l'épidémiologie du cancer et ses spécificités.

Le Challenge s'est déroulé d'octobre 2017 à mars 2018, et la finale s'est déroulée le samedi 26 mai. Les trois projets des étudiants de CentraleSupélec, qui ont participé au programme dans le cadre de leur cursus et pour lesquels Epidemium a pu assister à leur soutenance étaient :

  • Le projet OSY qui s'est attaché à prédire la mortalité des cancers digestifs dans les pays en voie de développement. L'équipe était composée de trois étudiants de troisième année du parcours OSY (Ingénierie des systèmes Informatiques et Avancés). Il a reçu le Grand Prix Epidemium.
    >>> Voir le wiki.
     
  • Le projet OCTOPUS (Outlook on Cancer Thanks to OpenData Processing Undertaken by Students) qui s'est attaché à prédire la mortalité des cancers colorectaux dans les pays en voie de développement. L'équipe était composé de 12 étudiants de première année qui ont fait le choix de travailler ensemble, de collaborer, pour pouvoir comparer différentes méthodes et approches. Cette équipe de 12 personnes est l'équipe la plus large au sein du Challenge 3 et montre une collaboration qui correspond à l'esprit du programme. Il a reçu le Deuxième Prix.
    >>> Voir le wiki.
     
  • Le projet OMA qui s'est attaché à prédire la mortalité des cancers de l'estomac en Amérique du Sud et Centrale, ainsi que dans les pays asiatiques en voie de développement. L'équipe était composée de deux étudiants de troisième année en Option Mathématiques Appliquées (OMA). Il a reçu le Troisième Prix (ex-aequo avec un projet de l'Ecole Polytechnique, également porté par des étudiants de troisième année, appelé CancerInfl.
    >>> Voir le wiki.

L'ensemble des projets menés dans le cadre du programme sont documentés sur le Wiki Epidemium. Une troisième saison est en cours de préparation.

Interview ci-dessous de Véronique Letort, enseignante-chercheuse au laboratoire MICS, qui a encadré les élèves avec Céline Hudelot, une autre chercheuse du laboratoire :

 

Voir ci-dessous vidéo de présentation d'Epidemium :

CentraleSupélec lance un nouveau MSc in Artificial Intelligence

Formations Publié le 24/04/2018

La technologie émergente de l'intelligence artificielle est devenue un enjeu scientifique majeur dans les années 2010. Pour accompagner les transformations à venir, CentraleSupélec lance un nouveau programme afin de former des experts techniques leaders dans le domaine.

Le MSc in Artificial Intelligence encercle l’enseignement des méthodes les plus avancées et de leurs applications à des secteurs tels que le traitement du langage naturel, l’informatique visuelle, internet ou encore le commerce.

D’une durée de 12 à 16 mois, les cours seront entièrement dispensés en anglais sur le campus Paris-Saclay de CentraleSupélec.

Notre Mastère Spécialisé Cybersécurité n°1 !

Formations Publié le 21/03/2018

Pour l'édition 2018 du Classement des meilleurs Masters, Eduniversal a mis sur pied de nouveaux palmarès, dont le Top 10 des meilleures formations en Cybersécurité et Sécurité des Systèmes.

Le Mastère Spécialisé Cybersécurité de CentraleSupélec Executive Education coordonné avec IMT Atlantique est numéro un !

 

 

Inauguration du Centre de Langues mutualisé

Formations Publié le 12/03/2018

Le Centre de Langues Mutualisé de l’Université Paris-Saclay a été inauguré le mercredi 7 mars,  en  présence  des  responsables  de  CentraleSupélec,  de  l’Université Paris-Sud et de l’ENS Paris-Saclay  -établissements à l’origine de cette initiative-  et du Président de l’Université Paris-Saclay. Cette nouvelle structure optimise l’enseignement des  langues,  mission  transversale  aux  établissements  d’enseignement  supérieur  et permet  de  mutualiser  l’offre  pédagogique  en  langues  et  de  mettre  en  commun  des espaces  d’enseignement.  Le  Centre  de  Langues  est  également  un  lieu  de  vie  et d’intégration pour les étudiants étrangers et français.

Hébergé au sein du bâtiment Eiffel de l’école CentraleSupélec, le Centre de Langues Mutualisé s’articule sur deux étages, au 3ème et 4ème niveau du bâtiment. Il comprend 57 salles de classe dédiées spécifiquement aux langues, avec un équipement vidéo et audio moderne. Il abrite également un centre de ressources proposant de la documentation, des livres, revues et journaux en nombreuses langues étrangères ainsi que des postes informatiques. Un amphithéâtre de 250 places, plusieurs salles de tutorat, des cabines de répétition pour perfectionner la prononciation, des espaces de travail et une cafétéria complètent cet espace.

L’école CentraleSupélec, l’ENS Paris-Saclay et l’Université Paris-Sud sont les trois établissements de l’Université Paris-Saclay à bénéficier de ce Centre de Langues Mutualisé. Ce sont les services des langues de ces établissements qui gèrent son organisation.

Mutualiser  l’offre  pédagogique  au  sein  de  ce  lieu  permet  d’optimiser  et  développer  des  services innovants  et variés. Ainsi, les formations en langues à faibles flux (moins enseignées, telles que l’arabe, le chinois, l’hébreu, l’italien, le japonais, etc.) et en anglais scientifique avancé sont mutualisées entre l’Université Paris-Sud, CentraleSupélec et l’ENS Paris-Saclay, permettant ainsi de former des groupes de niveau plus adaptés.

D’autres projets, tels que des tandems, permettant à deux étudiants d’origine différente d’échanger oralement,  des  séances  de  conversation  conduites  par  des  tuteurs  étudiants  dans  leur  langue maternelle, des modules de renforcement, une préparation pour partir à l’étranger… déjà mis en place par certains établissements seront généralisés d’ici la rentrée prochaine.

Un pôle d’animation culturelle permettra d’organiser des activités comme des ateliers de débats en langue étrangère, des pièces de théâtre, des évènements ludiques, la projection de films, …

Enfin, le Centre de Langues propose de l’aide et des outils de mise à niveau pour la préparation de certifications en langues (Cambridge exams, IELTS, BULATS, TOEIC, TOEFL 1 , examens de l’Institut Goethe et de l’Institut Cervantes, etc.). D’autres activités seront certainement amenées à se développer en fonction des besoins et envies des étudiants et des enseignants que le centre de langues accueillera.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interview ci-dessous de Steve Brown, project manager pour le Centre :

Retour sur les Silwer Awards

Formations Publié le 15/01/2018

La deuxième édition des Silver Awards organisée par Silver Valley et cinq  acteurs majeurs de la filière de la Silver économie (AG2R LA MONDIALE, la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse Ile-de-France, La  Fondation  Korian  pour  le  Bien  Vieillir,  Korian et les Senioriales) a eu lieu fin novembre sur le campus de Paris d’Arts et Métiers. Ce  concours  étudiant  dont  l’objectif  était de faire travailler ensemble les étudiants de dix-sept grandes écoles et universités sur des thématiques portant sur les besoins des seniors et/ou de leur entourage fut un grand  succès. François Cluzel, maître de conférences au Laboratoire Génie Industriel (LGI) était le "coach entrepreneur" de deux équipes pendant les 24h. Bernard Yannou (professeur des Universités et directeur du LGI) était "expert innovation" et Benjamin Zimmer, directeur de Silver Valley, a réalisé sa thèse de doctorat au LGI.

Trois étudiants centraliens (option Génie Industriel et Master Ingénierie des Systèmes Complexes) ont participé et Marouen Ben Ammar (Master ISC) est dans l'équipe gagnante qui a mis au point le Shoppi'lib, un déambulateur et un à la fois en libre-service pour senior.

 

Nos élèves à la découverte d'un garage connecté

Formations Publié le 15/01/2018

15 élèves de la filière de 3 année Conception & Industrialisation de Systèmes Innovants, dirigée par Yann Leroy et Bertrand Rochette, ont passé en novembre dernier une semaine en résidence chez Stanley Black & Decker dans le cadre d’un atelier d’innovation sur le garage connecté.

Animé par François Cluzel (Maître de Conférences au Laboratoire Génie Industriel de CentraleSupélec) et Flore Vallet (enseignant-cherceur à l’IRT SystemX et au Laboratoire Génie Industriel) côté CentraleSupélec, et Thomas Vallette (Senior Innovation Product Manager) et Loïc Rousset (Innovation Product Manager) côté Stanley Black & Decker, l’atelier s’est déroulé dans les locaux de la plate-forme d’innovation de Morangis, disposant d’un garage outillé, de nombreux moyens d’observation et de prototypage, et de nombreux experts de l’entreprise.

La question posée aux étudiants était la suivante : comment les nouvelles technologies de l’Internet des Objets peuvent-elle améliorer la productivité et le service client dans un garage automobile ? Durant 5 jours (précédés d’une visite de l’entreprise quelques jours avant), 3 groupes de 5 étudiants ont déployé la méthodologie Radical Innovation Design® (RID), développée depuis une dizaine d’année au Laboratoire Génie Industriel par le Pr. Bernard Yannou et son équipe, pour analyser en détail les problèmes rencontrés par les usagers (en l’occurrence les garagistes et clients des garagistes), et apparaissant des situations d’usage récurrentes (opération de maintenance automobile, parcours et expérience client…) et pour lesquels les solutions existantes s’avèrent peu ou pas adaptées.

A l’issue de cette analyse, les étudiants ont ébauché des prototypes de solutions physiques et digitales qui ont été présentés en fin de semaine à un jury incluant entre autres les animateurs de la filière et de l’atelier de CentraleSupélec et Stanley Black & Decker, ainsi que Paul Samms (Directeur Automotive Specialty).

L’expérience s’est avérée extrêmement riche à la fois pour les étudiants, qui ont fourni un gros travail jusqu’à la soutenance finale et qui ont passé une semaine immergés dans un écosystème d’innovation en entreprise extrêmement riche (avec des possibilités de stage à la clé) ; pour l’équipe pédagogique, dans un format permettant d’enseigner de manière extrêmement rapide et efficace une méthodologie d’innovation par la mise en pratique au sein d’une entreprise ; et pour l’entreprise elle-même, qui a pu vivre en temps réel l’application de la méthodologie, et bien sûr qui bénéficie des résultats des étudiants en sortie d’atelier. Ainsi, sur les différentes solutions proposées par les étudiants, plusieurs d’entre elles ont particulièrement retenu l’attention et seront très probablement poursuivies par Stanley Black & Decker dans les prochains mois.

Il a d’ores et déjà été conjointement décidé que l’événement serait réitéré l’année prochaine !

L’immersion des étudiants pendant une semaine dans un cadre d’entreprise, sur des problématiques réelles et en contact direct avec des experts métiers est une expérience extrêmement formatrice pour eux. Ce format permet l’enseignement de la méthodologie Radical Innovation Design® par des sessions très courtes et calées sur l’avancement des élèves, et permettant la mise en application directe sur le sujet de l’entreprise immédiatement après. Stanley Black & Decker a mis énormément de ressources, humaines et techniques, à disposition des étudiants, ce qui a fortement contribué au succès de l’événement. Les étudiants ont pu échanger longuement avec des experts de l’entreprise sur des sujets très précis autour de produits réels, en particulier une voiture mise à disposition dans le garage de l’entreprise.

Le professeur François Cluzel a animé ce même atelier ces 4 dernières années, toujours avec un partenaire industriel (Twinlife, start-up incubée à CentraleSupélec, Amadeus, et Stanley Black & Decker une première fois), mais dans les locaux de l’école. "Nous obtenions déjà des résultats très qualitatifs sur la semaine, mais la résidence chez Stanley Black & Decker a permis de pousser encore plus loin la motivation des étudiants et la pertinence des solutions proposées au regard du contexte de l’entreprise," indique-t-il suite à cette expérience de Morangis.

Msc in Datascience and Business Analytics : revoir la LIVE session d'informations

Formations Publié le 07/12/2017

Les responsables de notre programme Msc in Datascience and Business Analytics, coordonné avec l'ESSEC, étaient les invités de Campus Channel le 28 novembre 2017. Ils répondaient aux questions des internautes.

Le MSc in Data Sciences & Business Analytics vise à faire comprendre, structurer et résoudre des problèmes liés au big data au sein des entreprises. La demande croissante du marché de l’emploi de profil expert en Big Data, permet de travailler dans de nombreux secteurs de l'industrie. L'année est organisée en trois parties. Les étudiants débutent par un tronc commun, avant de choisir une spécialité soit business analytics soit data sciences, pour terminer par des "cours d’excellence" qui traitent des tendances actuelles. L’écosystème, la réputation et le réseau de chacune des deux écoles (ESSEC Business School et CentraleSupélec) donne aux participants l'opportunité d'apprendre, de se développer et de réussir dans leur future carrière.

Pages