Covid-19 : dépister et diagnostiquer par l’analyse des données

Recherche Publié le 22/05/2020

La piste de la datascience et de l'intelligence artificelle prend toute son ampleur avec le travail commun mené par l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) , l'Institut Gustave Roussy, la société TheraPanacea (fondée par le professeur Nikos Paragios) et CentraleSupélec.

Un algorithme créé par apprentissage statistique et profond sur un millier de dossiers (environ 80 % pour l’apprentissage et 20 % pour les tests), qui délivre un pronostic signalant les cas sévères qui vont nécessiter une intubation, avec une indication sur le risque de décès. Un pronostic jugé plus fiable qu’un collège de trois radiologues.

Citation du professeur Nikos Paragios :

« Notre approche ne vise pas à améliorer le diagnostic, mais plutôt à fournir un pronostic précoce. Il est arrivé que des patients, après un test PCR et un examen scanner positifs, soient considérés comme des cas non sévères et renvoyés chez eux, pour être finalement hospitalisés peu après. Nous cherchons à minimiser ce risque. Notre outil prend en compte l’imagerie 3D thoracique mais aussi les données biologiques et cliniques (notamment la comorbidité : obésité, diabète, hypertension…).

Nous avons mis au point un algorithme par apprentissage statistique et profond sur un millier de dossiers (environ 80 % pour l’apprentissage et 20 % pour les tests), qui délivre un pronostic signalant les cas sévères qui vont nécessiter une intubation, avec une indication sur le risque de décès. Nous avons pu vérifier qu’il fournissait un pronostic plus fiable qu’un collège de trois radiologues. »