Lancement du centre de médecine de précision en oncologie PRISM avec l'Institut Gustave Roussy

Recherche Publié le 12/03/2020

CentraleSupélec, avec la collaboration de l'INSERM et Université Paris-Saclay, s'allie avec l'Institut Gustave Roussy, en lançant le Centre National de Précision en oncologie, PRISM. Ce centre de médecine de précision de deuxième génération aura pour mission de modéliser le cancer à l’échelle individuelle en créant des avatars numériques des tumeurs. L’objectif est d’identifier très tôt dans la maladie les patients porteurs de cancers les plus agressifs, sans attendre les rechutes, afin de leur proposer le traitement le plus approprié dès le début de la prise en charge, en s’appuyant sur l’immense volume de données cliniques, biologiques et moléculaires et leur analyse par intelligence artificielle. PRISM mènera des études cliniques de grande ampleur et développera des technologies d’analyse moléculaire et des méthodes d’analyse de données.

Coordonné par le professeur Fabrice André, directeur de la recherche de Gustave Roussy, directeur de recherche Inserm et professeur à l’Université Paris-Saclay, Prism vise à révolutionner la compréhension des mécanismes moléculaires et biologiques de développement et de progression du cancer grâce à l’intelligence artificielle. A partir des données de plus en plus riches et de types variés (cliniques, génomiques, microbiologiques, d’imagerie…), les algorithmes d’apprentissage permettent de développer des outils de diagnostic et de pronostic plus fins, et ainsi de proposer des thérapies personnalisées en fonction des caractéristiques de l’individu.

Financé par l’Agence Nationale de la Recherche, le Prism a reçu en 2018 le label IHU, puis le label Centre National de Médecine de Précision.

Deux laboratoires de l'Ecole sont impliqués dans ce projet :

  • Le laboratoire MICS ( Mathématiques et Informatique pour la Complexité et les Systèmes ) qui a travaillé sur de nouvelles méthodes et de nouveaux raisonnements de traitement de données via des algorithmes. La variété et l'immensité des volumes de data recueillies étant trop importantes au niveau de la capacité humaine de traitement, ce laboratoire propose donc l'aide de solutions IA qui savent trier, analyser et interpréter toutes les données médicales.
     
  • Le laboratoire CVN (Centre de Vision numérique), lui, intervient essentiellement en imagerie médicale, radiologie grâce notamment à l'usage de l'apprentissage profond ou deeplearning.

Voir ci-dessous les vidéos réalisées lors du lancement officiel du projet le 10 mars 2020 :

&